La finance et la fin de la déforestation

Au début de 2020, on espérait que ce serait une «super année pour la nature». Cela n’a pas été le cas. Les forêts tropicales, si cruciales pour la biodiversité, le climat et les communautés autochtones qui y vivent, ont continué d’être détruites à des rythmes alarmants. En fait, malgré la fermeture d’une grande partie de l’économie mondiale, les taux de déforestation dans le monde ont augmenté depuis l’année dernière.

Les forces du marché à l’origine de la déforestation sont profondément ancrées dans le système du commerce mondial. L’expansion de l’agriculture pour des produits tels que le soja et l’huile de palme représente les deux tiers du problème mondial. Et les forêts sont également défrichées pour faire place à l’exploitation minière et pour que les infrastructures relient des régions autrefois éloignées aux marchés mondiaux qu’elles approvisionnent.

On estime que l’extraction du charbon affecte 1,74 million d’hectares de forêts rien qu’en Indonésie, 9% des forêts restantes du pays étant menacées par les permis de nouvelles mines. Et la menace pour les forêts de la construction de routes est significative, avec 25 millions de kilomètres de routes susceptibles d’être construites d’ici 2050, principalement dans les pays en développement.

À la base de ces industries, il y a plus d’un billion de dollars par an en financement par des institutions financières du monde entier. Cet investissement et ces prêts sont le carburant qui maintient les incendies de déforestation allumés.

Il y a six ans, les gouvernements, les entreprises et la société civile ont signé la Déclaration de New York sur les forêts, fixant l’objectif de mettre fin à la déforestation mondiale d’ici 2030. Chaque année, un réseau indépendant de la société civile dirigé par Climate Focus et comprenant Global Canopy fournit une évaluation des progrès. Cette année, il se concentre sur les objectifs du NYDF de réduire la déforestation due à l’exploitation minière et aux infrastructures d’ici 2020 (objectif 3), et à soutenir les alternatives à la déforestation pour les besoins de subsistance (objectif 4).

Les résultats sont un appel au réveil urgent. La menace pesant sur les forêts du monde entier en raison de ces activités augmente, et les populations autochtones et les communautés locales continuent de supporter un coût dévastateur.

Mais le rapport aussi met en évidence les opportunités de progrès. Un nombre croissant de gouvernements sont confrontés à ce problème et certaines entreprises prennent conscience des risques de l’inaction. Il en va de même pour le secteur financier, qui pourrait devenir un moteur de changement transformationnel.

L’opportunité de financement
Les institutions financières n’ont pas, il faut le reconnaître, un excellent bilan sur ces questions. L’évaluation annuelle Forest 500 de Global Canopy des institutions financières les plus influentes dans les chaînes d’approvisionnement agricoles et forestières à risque a toujours révélé que la majorité ne reconnaît pas publiquement la nécessité de s’engager sur la question de la déforestation.

Moins encore publient des informations claires sur la manière dont ils vont gérer les risques de déforestation identifiés dans leurs portefeuilles, et aucune des 150 institutions financières évaluées en 2019 n’avait de politiques sur toutes les questions pertinentes relatives aux droits de l’homme. En conséquence, les investissements et les prêts ont largement continué d’affluer vers les entreprises liées à l’accaparement des terres et la déforestation.

Près de 87% des territoires autochtones de l’Amazonie sont reconnus par la loi brésilienne, mais les concessions gouvernementales pour l’extraction minière et pétrolière recouvrent près de 24% des territoires reconnus. Cette violation des droits des communautés est méconnue des entreprises concernées et des institutions financières qui les financent.

Pourtant, il y a des signes de changement. En juin de cette année, un groupe de 29 investisseurs a demandé des réunions avec le gouvernement brésilien en raison des inquiétudes concernant les incendies qui font rage en Amazonie. Certains, dont BlackRock, ont déclaré qu’ils s’engageraient avec les entreprises qu’ils financent sur les risques de déforestation. Et certains sont allés plus loin, avec Citigroup, Standard Chartered et Rabobank désinvestissant du géant alimentaire indonésien Indofood suite aux inquiétudes concernant la déforestation liée à l’huile de palme, et Nordea Asset Management a abandonné ses investissements dans le géant brésilien de la viande, JBS.

Il existe également un soutien aux Principes de l’Équateur, qui fournissent un cadre aux banques et investisseurs pour évaluer et gérer les risques sociaux et environnementaux dans le financement de projets. Les entreprises des secteurs minier et extractif font partie des 110 institutions financières à s’être inscrites, bien que les rapports sur la mise en œuvre soient volontaires et inégaux.

Il est également de plus en plus reconnu que la perte de biodiversité représente un risque pour les investissements. Plus de 30 institutions financières ont rejoint un groupe de travail informel pour développer un groupe de travail sur la divulgation liée à la nature (TNFD), destiné à aider les institutions financières à détourner le financement d’activités destructrices telles que la déforestation. Certains dans le secteur développent de nouveaux produits d’investissement d’impact conçus pour soutenir la réduction de la pauvreté et le développement durable.

Et il y a aussi des signes d’un changement dans les banques de développement – dont le financement joue un rôle si critique dans tant de projets de développement dans les pays du Sud. Ce mois-ci, les banques publiques de développement du monde entier ont fait une déclaration commune pour soutenir la transformation de l’économie et des sociétés mondiales vers un développement durable et résilient.

Pas de balles d’argent
C’est bien sûr une chose de reconnaître le problème, une autre de le résoudre. Transformer le secteur financier afin que l’argent soit déplacé des projets miniers ou agricoles liés à la déforestation, et investi dans des alternatives durables qui profitent aux communautés locales est un défi énorme – rendu d’autant plus difficile par le manque de transparence qui engloutit actuellement ces secteurs.

Car si les banques et les investisseurs finançant les activités de déforestation sont trop souvent invisibles pour les communautés locales et les groupes autochtones sur le terrain, ces communautés et les impacts des investissements financiers sur leurs terres et leurs moyens de subsistance sont également invisibles ou ignorés.

Mais ces liens sont de plus en plus mis en lumière et les nouveaux outils et technologies apportent un nouveau niveau de transparence et de responsabilité. Le nouvel outil Trase Finance est un excellent exemple, il cartographie les les risques de déforestation pour les investisseurs liés au soja et au bœuf brésiliens et à l’huile de palme indonésienne, et vise à étendre la couverture pour inclure la moitié des principaux produits à risque forestier d’ici l’année prochaine. L’ouverture d’une nouvelle ère de transparence radicale pourrait être la clé pour aller au-delà de la reconnaissance et trouver de vraies solutions.

Une transparence accrue entraîne une plus grande responsabilité, créant une opportunité pour les communautés locales d’identifier les institutions financières impliquées, et un risque de réputation pour les institutions financières lié aux violations des droits fonciers.

Les mouvements de base peuvent jouer un rôle important en exigeant la responsabilité des entreprises et des institutions financières impliquées là où les droits fonciers sont affectés. Les campagnes peuvent sensibiliser le grand public, créant un risque de réputation pour les entreprises concernées et les institutions financières qui les financent. Les militants ont ciblé BlackRock pour ses investissements dans JBS, par exemple, poussant à une plus grande action de la investisseur.

Les gouvernements des pays consommateurs cherchent également de plus en plus à réduire leur exposition à la déforestation dans les produits importés, l’Union européenne et le Royaume-Uni proposant une diligence raisonnable obligatoire pour les entreprises, exigeant une bien plus grande transparence de la part de toutes les parties concernées. Ces mesures devraient être renforcées pour inclure une diligence raisonnable en matière de droits de l’homme.

Comments are closed.