La question de l’héritage

Héritage parmi les élites sans enfant

Les pratiques successorales attirent depuis longtemps l’attention des économistes. Adam Smith était cinglant dans sa critique de la primogéniture et de l’implication de la terre.1 Il a soutenu que ces lois augmentaient les inégalités, faisant des mendiants »de tous sauf des premiers-nés (Smith 1776). Des études récentes qui suggèrent que les inégalités de richesse et l’incidence de la richesse héritée augmentent toutes les deux ont une fois de plus mis en évidence l’impact des pratiques de succession (Piketty 2011, Atkinson 2013, Saez et Zucman 2016). Les effets économiques de tout régime de succession dépendent des choix de fécondité (Stiglitz 1969, Atkinson et Harrison 1978). Plus important encore, ils dépendent de la production d’un héritier. Malgré cela, les études modernes sur l’héritage ignorent à la fois les effets des règles d’héritage sur les choix de fertilité dans la marge extensive et la manière dont les problèmes de fertilité peuvent déterminer le type d’héritage utilisé. Nos recherches récentes trouvent de nouvelles preuves d’un lien à double sens entre l’héritage et la fertilité pour la pairie britannique, l’élite la plus riche du monde. L’élite la plus riche du monde Il est difficile d’exagérer les richesses des 300 familles de la pairie (Cannadine 1990) .2 Par exemple, alors que le membre moyen des 1% les plus riches aux États-Unis gagne 1,3 million de dollars par an (Wolff 2012), les pairs gagnent 2,5 millions de dollars ( en dollars américains de 2008) au XIXe siècle (Goñi 2018). Bien qu’en déclin, la pairie reste riche: 68 pairs ont été inclus dans les 1 000 plus riches de Grande-Bretagne en 2000 (Cahill 2002). La pairie n’était pas destinée à être au sommet de la distribution. La démographie n’était pas de leur côté: vers 1600, entre 30% et 40% des femmes mariées dans la pairie étaient sans enfant. Pour le roturier moyen, le taux correspondant n’était que de 10% (figure 1). Cela menaçait la survie des lignées aristocratiques. Figure 1 Taux d’infécondité, par décennie de mariage Notes: échantillon: femmes mariées dont le père est pair; sources: Wrigley et al (1997), Anderson (1998). Alors, comment ces lignées aristocratiques ont-elles survécu? Comme suggéré par Adam Smith, les pratiques successorales ont aidé les aristocrates britanniques à consolider leur richesse et leur position au sommet de la distribution. Ce n’est qu’une partie de l’image. Dans un article récent (Gobbi et Goñi 2018), nous montrons que les pratiques successorales de l’aristocratie ont stimulé les décisions de fécondité dans une large mesure (en d’autres termes, avoir des enfants ou non). Les règles en matière de succession ont contribué à perpétuer l’élite britannique non seulement en empêchant la succession familiale, mais également en modifiant les incitations à la fécondité. Un régime d’héritage qui stimule la fertilité De 1650 à 1882, l’héritage dans l’aristocratie britannique a été réglementé par des colonies. Les colonies combinaient la primogéniture masculine avec une génération d’une terre. Dans le cas des manuels, le chef de famille et l’héritier ont signé un règlement par lequel l’héritier s’est engagé à transmettre la succession, sans interruption, à la génération suivante (Habakkuk 1950). La convention sociale était forte. Peu d’héritiers ont refusé de signer un accord avec leurs pères (Stone et Stone 1984). Surtout, des règlements ont été signés lors du mariage de l’héritier, car ils comprenaient également des dispositions pour l’épouse (Bonfield 1979). Pourquoi les établissements affectent-ils la fertilité? Lorsqu’un individu faisait l’objet d’un règlement, il ne pouvait pas casser la succession familiale, la vendre ou l’hypothéquer. Il peut choisir d’avoir des enfants, s’il préfère le grand héritage «intact» pour aller à sa progéniture. Sinon, un parent éloigné aurait hérité des domaines. Cependant, pour que le règlement modifie les incitations à la fécondité, le chef de famille devait survivre jusqu’au mariage de son héritier. S’il ne l’a pas fait, le règlement n’a pas été signé et l’héritier aurait pu vendre des parties du domaine familial. Pour estimer l’effet des colonies sur la fertilité, nous avons utilisé les données généalogiques recueillies par Hollingsworth (1964) à partir des enregistrements de pairie. Ces données n’indiquent pas qui a signé un règlement. On peut néanmoins identifier les familles dans lesquelles le père est décédé après le mariage de l’héritier, et donc, dans lesquelles un règlement a été signé, et les familles dans lesquelles le père est décédé avant le mariage, et dans lesquelles l’héritier n’aurait pas signé de règlement. La figure 2 résume les résultats. Les familles signant un accord avaient des taux d’enlèvement d’enfants nettement inférieurs. L’ampleur de l’effet est plus grande lorsque nous contrôlons les variables susceptibles d’affecter l’infécondité, telles que l’âge du conjoint au mariage ou le nombre de mortinaissances. Nos résultats sont robustes pour inclure les effets fixes familiaux, qui capturent toute prédisposition génétique, culturelle, religieuse ou socio-économique à l’infécondité. En revanche, nous ne trouvons pas d’effet des colonies sur la marge de fécondité intensive (naissances conditionnées à avoir au moins un enfant). Figure 2 Effet de la signature d’un règlement sur la marge de fécondité extensive et intensive des aristocrates Remarque: Nous supposons qu’une famille a signé un règlement (n’a pas signé de règlement) si le père est décédé après (avant) le mariage de son héritier. Il est possible que des individus aient le choix de signer un règlement en retardant le mariage jusqu’à la mort de leur père. Pour y remédier, nous exploitons l’ordre de naissance de l’héritier. Étant donné que les familles ne pouvaient pas contrôler le sexe de leurs enfants, un héritier masculin pourrait ne pas être né avant la deuxième ou la troisième naissance. Dans ces familles, le père est plus âgé, plus susceptible de mourir avant le mariage de l’héritier, et donc, sans exogène, susceptible de signer un règlement. En instrumentant les colonies avec l’ordre de naissance de l’héritier, nous constatons que la signature d’une colonie a augmenté la marge de fécondité étendue de 83,5%, poussant les taux d’infécondité près du taux «naturel» de 2,4% (Tietze 1957). En d’autres termes, les colonies ont contribué à la survie des lignées familiales nobles. Implications permanentes en Écosse En Écosse, les pairs pouvaient utiliser des entraînements permanents (Habakkuk 1994), contrairement à l’Angleterre. Parce que ces entraînements n’avaient pas à être renouvelés à chaque génération, cela n’aurait pas dû avoir d’importance pour la fertilité, que le père soit décédé avant ou après le mariage de son héritier. Nos estimations pour les pairs écossais sont proches de zéro et très différentes de nos résultats de référence. Cela suggère fortement que nous avons capturé l’effet causal des colonies, plutôt que des facteurs de confusion corrélés au décès du père avant ou après le mariage de son héritier. Pourquoi un héritier signerait-il un règlement? Un règlement restreint les pouvoirs d’un héritier pour gérer le patrimoine familial.Pour y répondre, nous développons un modèle simple d’héritage et de fertilité. Nous assouplissons l’hypothèse d’une actualisation exponentielle entre les générations, couramment utilisée dans les modèles de legs (Barro 1974). Au lieu de cela, nous introduisons des préférences dynastiques, afin que les individus valorisent le bien-être de leurs enfants de la même manière que celui des générations futures. Ce type de rabais est attrayant pour deux raisons: Les préférences dynastiques conviennent bien à l’aristocratie et à d’autres élites riches. Les préférences dynastiques rationalisent les régimes d’héritage qui limitent les successeurs. Dans le modèle, le chef de famille préfère utiliser un tel régime pour subvenir aux besoins de son petit-fils. Pour l’héritier, la signature d’un accord – même si cela le restreint dans la gestion de la succession – est un engagement crédible d’avoir des enfants, ce qui garantit que son père transmettra une part plus importante de la succession. En résumé, notre modèle prédit que les préoccupations concernant la production d’un héritier peuvent façonner les règles de succession – en particulier, les règles qui restreignent les successeurs. Leçons d’aujourd’hui Les pairs britanniques étaient l’élite la plus riche de la planète. Cependant, de 1650 à 1882, ils n’ont pas disposé librement de leurs biens. Lors de leur mariage, ils ont signé un règlement, renonçant à vendre ou à hypothéquer des parties du domaine familial avant de le transmettre. Nous constatons que de tels arrangements réduisent les taux élevés de stérilité dans l’aristocratie, assurant sa survie. Devrions-nous nous soucier d’une élite qui a passé son temps dans des balles de débutant et la chasse au renard, et qui vivait avec de l’argent investi, elle savait à peine où? (Orwell 1968). À la lumière de la récente augmentation des inégalités et de l’importance de la richesse héritée, nous soutenons que l’histoire peut enseigner d’importantes leçons. Nous montrons que les modèles de succession traitant la fécondité comme exogène peuvent être trompeurs, car les régimes de succession affectent les décisions de fécondité qui, à leur tour, peuvent façonner les pratiques de succession. De plus, l’étude des colonies nous permet de comprendre les pratiques successorales qui restreignent les successeurs, de plus en plus populaires. Par exemple, les fiducies sont probablement le régime de succession le plus populaire parmi les 0,1% les plus riches aux États-Unis (Wolff et Gittleman 2014). Depuis Adam Smith, beaucoup ont soutenu que les régimes de succession qui restreignent les successeurs peuvent perpétuer les lignées d’élite. Nous suggérons qu’ils le peuvent non seulement en consolidant la richesse, mais aussi en modifiant les incitations à la fécondité. Notes de fin 1 Les terres impliquées sont des dispositions qui limitent la capacité des successeurs à briser le domaine familial; c.-à-d. vendre des parties du terrain, l’hypothéquer, etc. 2 Après 1900, la taille de la pairie est passée à 900 familles. Lecteurs, j’ai vu un correspondant qualifier mes vues de cyniques réalistes. Permettez-moi de les expliquer brièvement. Je crois aux programmes universels qui offrent des avantages matériels concrets, en particulier à la classe ouvrière. Medicare for All en est le meilleur exemple, mais un collège sans frais de scolarité et une banque des postes relèvent également de cette rubrique. Il en va de même pour la garantie de l’emploi et le jubilé de la dette. De toute évidence, ni les démocrates libéraux ni les républicains conservateurs ne peuvent mener à bien de tels programmes, car les deux sont des saveurs différentes du néolibéralisme (parce que les marchés »). Je ne me soucie pas beaucoup de l’isme »qui offre les avantages, bien que celui qui doit mettre l’humanité commune en premier, par opposition aux marchés. Cela pourrait être un deuxième FDR sauvant le capitalisme, le socialisme démocratique en train de le lâcher et de le coller, ou le communisme le rasant. Je m’en moque bien, tant que les avantages sont accordés. Pour moi, le problème clé – et c’est pourquoi Medicare for All est toujours le premier avec moi – est les dizaines de milliers de décès excessifs dus au désespoir », comme le décrivent l’étude Case-Deaton et d’autres études récentes. Ce nombre énorme de corps fait de Medicare for All, à tout le moins, un impératif moral et stratégique. Et ce niveau de souffrance et de dommages organiques fait des préoccupations de la politique d’identité – même le combat digne pour aider les réfugiés que Bush, Obama et les guerres de Clinton ont créé – des objets brillants et brillants en comparaison. D’où ma frustration à l’égard du flux de nouvelles – actuellement, à mon avis, l’intersection tourbillonnante de deux campagnes distinctes de la doctrine du choc, l’une par l’administration, et l’autre par des libéraux sans pouvoir et leurs alliés dans l’État et dans la presse – un un flux de nouvelles qui m’oblige constamment à me concentrer sur des sujets que je considère comme secondaires par rapport aux décès excessifs. Quel type d’économie politique est-ce qui arrête, voire inverse, l’augmentation de l’espérance de vie des sociétés civilisées? J’espère également que la destruction continue des établissements des deux partis ouvrira la voie à des voix soutenant des programmes similaires à ceux que j’ai énumérés; appelons ces voix la gauche. » La volatilité crée des opportunités, surtout si l’establishment démocrate, qui place les marchés au premier plan et s’oppose à tous ces programmes, n’est pas autorisé à se remettre en selle. Les yeux sur le prix! J’adore le niveau tactique, et j’aime secrètement même la course de chevaux, car j’en parle quotidiennement depuis quatorze ans, mais tout ce que j’écris a cette perspective au fond. Étude opportune, étant donné la dernière naissance «royale». Je me souviens avoir lu une étude il y a quelque temps qui montrait qu’un petit pourcentage de l ‘«aristocratie héréditaire» britannique possédait la plupart des terres en Angleterre, au Pays de Galles et en Écosse. Google a confirmé ma mémoire avec de nombreuses citations, mais voici l’une de mes préférées, de The Socialist Worker: Crosley Bendix Eclair Amfortas l’hippie où j’habite, l’économie locale et le système politique sont dominés par peut-être 20 vieilles, vieilles familles… les descendants des gens qui sont d’abord venus ici et ont collé un drapeau dans le sol et ont ainsi revendiqué un tas de terres (généralement plusieurs sections »(= 640 Les idéalistes allemands de l’Adelsverein ont été les premiers (et ont conclu un traité avec les Comanches qui est l’un des rares accords de ce type qui n’a jamais été rompu)… « Les Anglo-Américains » sont venus plus tard, juste avant le Civil Guerre. Alors que les Allemands semblent avoir été plus prolifiques (ayant beaucoup d’enfants), ils semblent aussi plus susceptibles de s’être accrochés à leur terre, plus ou moins intacts, jusqu’à aujourd’hui (les gens se réfèrent à Loeffler Country ”ou Grosse Country”, même sur le scanner quand il y a un incendie… et je ne peux pas penser à un analogue anglo-américain) Ces colons étaient issus de familles nobles ou quasi nobles… donc je soupçonne (mais je ne sais pas) que les traditions d’idées comme la primogéniture ont peut-être joué un rôle dans leur cohésion. Une chose plus importante pourrait être les perspectives sobres et à long terme qu’ils ont apportées avec eux. Les Anglo-Américains recherchaient (de façon stéréotypée) des richesses rapides… les Allemands recherchaient la stabilité et la construction pour un avenir lointain (petits-enfants, etc.) – à l’exception des plus idéalistes d’entre eux, qui sont morts de faim après quelques années (voir: Colonies latines de Texas central; Bettina, Castell, etc.). Bien sûr, depuis plus de 20 ans, l’agriculture a flétri, et le bétail est une entreprise risquée… tellement de ces familles sont riches en terres, pauvres en argent », mais il est assez rare de se faire remarquer et d’en parler que l’une d’elles se vend un patch pour payer les impôts fonciers et / ou la dette. ambrit Amfortas l’hippie il y a une grande famille allemande qui a notamment eu des ennuis au cours des 20 dernières années.des milliers d’hectares sur plusieurs ranchs adjacents le long de la rivière (bon ranching, mauvais pays agricole. ils étaient en retard pour profiter du tourisme (chasse / B & B / même éco) ). certains vendus à des cousins, et d’autres vendus à Neuveau Riche (principalement de l’argent du pétrole, semble-t-il) d’ailleurs … dépendant (pour autant qu’un étranger comme moi peut le dire) de la profondeur de cette branche particulière dans la querelle qui est comme une définition aspect de cette famille particulière. Les différences entre les Anglo-Américains et les Allemands (de la 3e à la 6e génération que je connais) me fascinent depuis que j’ai appris l’histoire de ce lieu… et comment ces différences ont influencé l’économie politique et la structure sociale d’aujourd’hui. Surtout celle des Allemands… « Libre-penseurs », anti-guerre, anti-rapine, anti-raciste voire anti-patriarcat (pour l’époque) … ils ont eu une grande influence sur cet endroit, par rapport à quelques comtés encore. Anke Cordialement comment les différences culturelles subtiles se manifestent de manière inattendue. Mes propres ancêtres tchèques (bohèmes) n’étaient PAS nobles, lol… mais avaient le même penchant pragmatique, et n’étaient pas connus pour être passionnés »… .mais ils ont finalement succombé au régime anglo-américain du criquet. ObjectiveFunction Oui, les immigrants germaniques / d’Europe centrale ont tendance à voler sous le radar en termes de leur impact formateur sur la société américaine. Mais j’ai remarqué depuis longtemps que les noms de famille allemands prédominent de manière disproportionnée aux niveaux C industriels américains (non-FIRE), aux rangs des drapeaux militaires, etc. Le vieux stéréotype de toujours chercher l’Ordre a une certaine base en vérité. Sur le sujet plus large, la naissance privilégiée signifie plus que l’héritage. Les deuxièmes fils ont apporté leur nutrition, leur rang social et leur éducation supérieurs à des carrières dans l’Église, l’armée et la fonction publique, et cela a été formateur à la montée des États-nations, dont les principaux serviteurs étaient liés par le sang aux élites terriennes. Enfin, je noterais le contre-courant indéniable, la richesse héritée se dissipe avec le temps, comme le disait le haïku du XVIIe siècle: «Maison à vendre», écrit-il Dans le meilleur style de calligraphie La troisième génération L’héritage est un parfait exemple de la façon dont la méritocratie est un exemple classique d’un grand mensonge ». Comment la société peut-elle être une méritocratie si le point de départ n’est pas des règles du jeu équitables? Nous avons des gens qui sont nés de parents pauvres et qui ont hérité de leur argent. Ensuite, ceux qui ont hérité de l’argent de leurs parents peuvent tirer parti de leurs réseaux professionnels, entrer dans les meilleures écoles privées, ne jamais avoir à se soucier de trouver assez d’argent pour survivre, aller dans les meilleures universités, utiliser les réseaux d’anciens élèves pour obtenir de bons emplois après leur diplôme , etc. Bien sûr, ils peuvent travailler, mais leurs défis sont bien moindres que ceux des pauvres, qui doivent travailler beaucoup plus dur et être payés beaucoup moins. Les conservateurs considèrent les riches comme moralement supérieurs. Il en va de même pour de nombreux libéraux de Clinton, comme Thomas Frank l’a noté dans son livre Listen Liberal ». Dans le contexte de la richesse héritée et d’être élevé de parents riches, cela n’a aucun sens. La solution évidente serait d’avoir des droits de succession fortement progressifs. Bien sûr, les gens conservateurs et néolibéraux affirmant que la société est une méritocratie s’y opposent de manière hypocrite. Cela conduira à l’aristocratie. En fait, il a déjà en quelque sorte. Amfortas l’hippie toujours. c’est la grande hypocrisie du mythe que nous sommes une méritocratie ». ce n’est pas méritocratique si ce que vos parents / grands-parents ont fait importe plus que votre propre mérite personnel, lol. Je pense que c’est remarquable à quel point nous sommes si opposés à parler de cela, dans une société polie … Je me souviens avoir remarqué l’utilité de choisir les bons parents dans la ville où j’ai grandi, mais de telles observations étaient décidément malvenues, sauf comme des blagues en privé. C’était de mauvais goût (!?) À remarquer. ajouter dans la stratégie d’appeler le remède évident (impôt successoral) un impôt sur la mort »et convaincre en quelque sorte une grande majorité de personnes que j’ai connues (au Texas) qu’il pourrait un jour les affecter (même les lave-vaisselle!). c’est vraiment assez incroyable, et met en valeur l’habileté des gens qui mènent la guerre mentale. rd Je pense qu’il y a beaucoup à dire pour qu’une famille puisse transmettre une quantité limitée de richesse à la prochaine génération. Je pense que c’est l’essence même du rêve américain: pouvoir créer sa propre richesse et lancer la prochaine génération. Je pense donc qu’une exemption de succession de l’ordre de 1 à 10 millions de dollars est raisonnable pour permettre aux petites entreprises de se transmettre relativement intactes. Une fois que vous commencez à contourner la fourchette de 10 millions de dollars, il est difficile d’appeler cette petite entreprise «ou ferme familiale» (5% – 10% de NOI serait de 500 000 $ – 1 million de dollars de revenu annuel). Les héritages dans cette gamme forceront généralement la prochaine génération à faire quelque chose pour ajouter de la valeur ou cette famille finira par des manches courtes à des manches de chemise en trois générations). Au-dessus de 10 millions de dollars, je pense qu’il devrait y avoir des droits de succession assez élevés (35% au minimum et de préférence environ 50%) conçus pour perturber la structure de l’héritage, forcer les ventes, etc. pour forcer le processus de destruction créative de Schumpeter. Les fiducies doivent avoir des règles strictes axées sur le décaissement du contenu de la fiducie au sein d’une génération. Seules les personnes handicapées certifiées devraient pouvoir bénéficier d’une fiducie s’étalant sur plusieurs générations (un bon avocat soutiendra probablement que l’affluence est un tel handicap). Je pense également que tous les revenus devraient être imposés de la même manière – gains en capital, dividendes, intérêts, salaires et traitements. Je n’achète pas le battage médiatique de la préférence pour les gains en capital en tant que créateur d’emplois. Amfortas l’hippie Ouais. Je suis d’accord, mais je chicanerais avec les chiffres, peut-être. depuis que mes articulations ont commencé à disparaître et que mes garçons sont nés (phénomènes simultanés), tout ce que je voulais, c’est créer une sorte de ferme relativement stable ici … comme ce qui n’était pas là pour moi quand le monde m’a ancré. donc pas de dette, rien qui nécessite un permis (les toilettes à compost m’ont permis d’économiser environ 8000 $), la permaculture et me rendent indispensable aux habitants (je suis le gourou de la technologie bio / durable / 1850 avec la bibliothèque des classiques). il n’y a rien ici que l’Empire veut (sauf ce maudit sable spécial!) a finalement persuadé maman de devenir avocat et de faire quelque chose de confiance pour protéger l’endroit (20 acres. bien moins d’un million de dollars, à moins que la découverte des prix ne devienne vraiment folle) Ils ne rendent pas les choses faciles, lol JTMcPhee Héritage et inégalité: tout changement dans tout ce passage et cette concentration de la richesse, à travers les générations, nécessite des changements dans la loi. » Et qui écrit la loi, encore une fois? L’autre option consiste à séparer les têtes des corps, une façon de mettre fin à la succession, bien que nous aimablement les progressistes progressistes ne puissent pas le faire maintenant décapitation, parce que nous apprenons que le cerveau vit, avec ses sens s’estompant, pendant dix minutes ou plus après la la tête est coupée du cou, et c’est HORRIFIC et.CRUEL, contrairement à ce que les seigneurs faisaient pour les vadrouilles en nous éviscérant, en nous dessinant et en les écartant, la crémaillère, l’Iron Maiden et tout ce plaisir. Et bien sûr, les Bourbons du jour déjà, comme ces fops à tête de perruque d’autrefois, ont pour la plupart déplacé leurs asse (s) hors de la gamme géographique et légale »du People Of The Pitchfork and Torch… (Je vois également dans un article la semaine dernière ou à peu près à ce moment-là »est une construction imaginaire, alors pourquoi nous nous inquiétons de l’hérédité et de l’iniquité et de leurs effets, je ne sais pas, sauf que mon sensorium personnel perçoit la douleur et la perte de manière linéaire mode – avant, pendant et après les événements « , et l’injustice et l’injustice et la cruauté ont toutes une composante temporelle. Beaucoup nous assureraient de manière fiable que la douleur et la perte et l’assujettissement ne sont que la Grande Illusion à maîtriser, ou la Volonté de Dieu …) Serait-il possible qu’il y ait des flux unidirectionnels quelle que soit la nature de la situation dans laquelle nous vivons? Que le pouvoir et la richesse se concentrent toujours, que la concentration provoque la douleur et la mort et la destruction des personnes et des lieux, le tout pour le plaisir et la domination de quelques-uns qui sont câblés ou nés dans l’occasion de piller le reste d’entre nous? RBHoughton Vous dites: « qui vivait avec de l’argent investi, il savait à peine où? » (Orwell 1968) ‘mais il y a eu un autre changement dynamique au 19e siècle, alors que l’économie nationale britannique est passée d’une économie basée sur la propriété foncière sous le contrôle des amis du roi à une économie basée sur le marché obligataire sous le contrôle de la nouvelle classe bancaire.

Comments are closed.