Divergence de fortunes dans les recouvrements

Quelle est la différence entre la reprise actuelle et les précédentes? Comment les perspectives diffèrent-elles entre les économies avancées et émergentes? Cette colonne fait valoir que la reprise en cours dans les économies avancées a jusqu’à présent été parallèle à la reprise faible et prolongée qui a suivi la récession mondiale de 1991 à un degré surprenant, en partie à cause des défis en Europe. En revanche, la reprise dans les économies de marché émergentes a été exceptionnellement forte. La dernière récession mondiale a été la plus profonde des quatre récessions que le monde ait connues depuis la Seconde Guerre mondiale. Chaque récession a fait craindre une apocalypse économique mais l’économie mondiale s’est redressée en un an ou deux. En raison de la profondeur de la dernière récession, certains analystes craignaient que le monde ne revive la Grande Dépression des années 1930. Heureusement, et grâce à d’importantes mesures politiques, l’économie mondiale a été sur la voie de la reprise au cours des trois dernières années, mais souffre toujours des séquelles de la crise. Il y a eu récemment une discussion approfondie sur la force des reprises en cours (voir Foda et Prasad (2012); Quelle est la différence entre la reprise actuelle et les précédentes? Comment les perspectives diffèrent-elles entre les économies avancées et émergentes? Quelle différence? Comment similaire? La reprise mondiale en cours est assez similaire aux autres précédentes, malgré le fait que la récession mondiale de 2009 ait été la plus grave. En fait, si les projections de croissance du FMI pour le PIB réel par habitant en 2012 sont réalisées, la reprise après la Grande Récession aura été légèrement plus rapide qu’après les précédentes récessions mondiales. Le chemin de la reprise mondiale masque cependant une différence très critique entre les économies avancées et les économies de marché émergentes (graphique 1). La reprise dans les économies avancées est en passe de devenir la plus faible par rapport aux reprises précédentes. Le PIB réel par habitant dans plusieurs de ces économies n’a pas encore rebondi à son niveau d’avant la récession et ne devrait pas le faire même d’ici 2014. La faiblesse de la croissance de la production se reflète, du côté des dépenses, à la fois dans la consommation et l’investissement. En revanche, la reprise dans les économies de marché émergentes a été la plus forte à ce jour. La croissance de la production par habitant dans ces économies a déjà dépassé la croissance observée lors des précédentes reprises mondiales et devrait continuer de le faire également dans les années à venir. Les exceptions notables sont les économies européennes émergentes, qui sont sur une voie de reprise similaire à celle des économies avancées. Figure 1. Dynamique des recouvrements mondiaux: variables sélectionnées (Années sur l’axe des x; t = 0 dans l’année du creux; indexé à 100 au creux; en termes réels, sauf indication contraire) Source: estimations des services du FMI. Notes: Les agrégats du PIB sont des indices du PIB réel par habitant pondérés en fonction du pouvoir d’achat. Les agrégats pour le commerce total sont des indices du commerce réel pondérés en fonction des échanges. Les agrégats du taux de chômage sont les taux de chômage pondérés par la population active en pourcentage. Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les économies de marché avancées et émergentes affichent des performances différentes dans la reprise mondiale en cours. Premièrement, les économies avancées ont connu d’importants déséquilibres financiers à l’approche de la crise. Sans surprise, lorsque la crise a frappé ces économies, les dégâts ont été importants et la reprise a fini par être faible et prolongée. En revanche, les marchés émergents – qui avaient de meilleurs fondamentaux macroéconomiques avant la crise – ont été principalement touchés par les retombées des économies avancées. Deuxièmement, alors que les pays avancés disposaient d’une marge de manœuvre limitée pour stimuler leur économie pendant la reprise, la croissance des économies de marché émergentes a été tirée par une demande intérieure dynamique, des marchés d’actifs dynamiques, de fortes entrées de capitaux et des politiques expansionnistes. Économies avancées: revivre le début des années 90? Malgré le fait que la Grande Récession ait été plus sévère que la récession mondiale de 1991, il existe de nombreuses similitudes entre les deux reprises dans les économies avancées, en particulier celles de la zone euro (graphique 2). Ces deux reprises ont été précédées de récessions associées à un effondrement des marchés du crédit et du logement dans les principales économies avancées. En 1991, les marchés du crédit et des actifs ont explosé aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon. La récente récession a été associée à de graves problèmes sur les marchés du crédit et du logement aux États-Unis et dans un certain nombre d’autres économies avancées, notamment l’Irlande, l’Espagne et le Royaume-Uni. Les deux reprises ont été ralenties en partie par les défis en Europe. Le premier épisode de reprise a été marqué par des ralentissements dans de nombreuses économies européennes pendant la crise du mécanisme de change européen de 1992-1993. Les taux d’intérêt ont dû être relevés au cours de cette période afin de défendre le régime de change et plusieurs économies européennes avancées ont été contraintes de réduire leurs importants déficits publics. Cette activité économique a été supprimée et les marchés du crédit et du logement encore plus déprimés dans la région. À l’heure actuelle, les primes de risque souverain élevées infligent des dommages similaires ou pires encore aux déficits publics et à l’activité économique. Les problèmes récents résultent d’une confluence de facteurs, notamment des déficiences dans la structure de la zone euro, des politiques non viables et une dette mal évaluée. Dans les deux cas, l’absence d’une stratégie politique opportune, crédible et coordonnée a exacerbé les turbulences financières. Figure 2. Reprises mondiales: pays avancés et zone euro Source: estimations des services du FMI Remarques: Chaque barre représente le pourcentage de variation de la variable respective au cours des années de récessions et de recouvrements mondiaux. Les taux de croissance de toutes les variables sont par habitant et pondérés pour la parité de pouvoir d’achat. L’investissement dans les structures comprend à la fois l’investissement résidentiel et d’autres bâtiments et structures. Les chiffres pour 2012 (année de récession mondiale 2009) sont des prévisions. Dans les deux reprises, la croissance de la consommation intérieure et des investissements a été décevante, tirée par les séquelles de la crise financière. Les deux épisodes sont également marqués par un chômage toujours élevé et un manque de compétitivité dans certaines économies. Cependant, compte tenu de la forte baisse de la production en 2009, la hausse du chômage a été plus limitée. Cela est particulièrement vrai en Europe et pourrait bien refléter des politiques impliquant une fixation des salaires plus favorable à l’emploi et une plus grande accumulation de main-d’œuvre. Divergence de fortunes Bien que le fort rebond de la production mondiale au cours de cette reprise mondiale soit comparable aux épisodes précédents, la divergence des fortunes des économies de marché avancées et émergentes distingue la reprise actuelle. Les économies de marché émergentes ont fortement rebondi et ont été le moteur de la croissance mondiale durant cette reprise. Les performances solides de ces économies s’expliquent en partie par leurs cadres macroéconomiques solides et leurs réformes structurelles. En revanche, pour les économies avancées, la reprise actuelle devrait être la plus faible de l’après-guerre. Jusqu’à présent, la trajectoire de la reprise en cours dans les économies avancées a été parallèle à la reprise consécutive à la récession de 1991. Ces deux reprises ont été entravées par des problèmes de logement et de marchés financiers dans ces économies. Et les deux reprises ont été ralenties en partie par les défis en Europe. Ces problèmes devraient continuer de saper la force de la reprise, à moins que les décideurs politiques adoptent des politiques plus strictes pour y faire face. Note des auteurs: Une analyse plus détaillée des recouvrements mondiaux est disponible ici Les opinions exprimées dans cet article sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles du FMI ou de la politique du FMI.

Comments are closed.