Vol de jour

Prendre les commandes d’un avion ? Ca, c’est fait ! Faire décoller, voler puis atterrir un appareil, voilà ce que j’ai appris à faire, pas plus tard qu’avant-hier. Bien entendu, ce n’était pas un gros Airbus mais un appareil plus modeste, mieux adapté à mes besoins : un Robin, un appareil très agréable qui m’a permis de m’initier en toute liberté. J’ai fait cette expérience à Lille en compagnie d’un pilote de ligne ayant près de 5000 heures de vol derrière lui. La question que vous vous posez forcément est : est-ce compliqué ? Eh bien, curieusement, la réponse est non. Piloter un petit appareil est vraiment à la portée du quidam, contrairement ce à quoi je m’attendais. Les moments les plus frappants restent, comme vous l’avez certainement deviné, le décollage et l’atterrissage. Mais une fois le premier passé et le second encore loin, c’est un parfait moment d’euphorie. Et encore, même le décollage n’est pas aussi inquiétant que ce à quoi je m’étais attendu. Comparativement à un décollage d’Airbus, on peut même dire que cela se fait dans le calme. Et quand l’appareil a retrouvé son assiette, la vue s’est véritablement révélée d’une beauté incomparable. Je prends toujours une place côté fenêtre lorsque je voyage en avion, mais là, le spectacle n’a rien à voir : non seulement parce que l’altitude, beaucoup plus faible du Robin, permet de profiter de chaque détail du paysage, mais aussi et sourtout parce que la verrière du Robin offre une vue panoramique de la terre, à des années-lumière du petit hublot d’un Airbus. Mais ce qu’il y a de plus hypnotisant dans cette expérience, ce n’est pas tant la vue que le pilotage en lui-même. En effet, le maniement du joystick est très enivrant. La légèreté de l’appareil fait que l’on ressent toutes les rafales de vent qui font osciller l’avion. Du coup, on a souvent l’impression de lutter contre le vent lorsqu’on change de direction. On ressent extrêmement bien les sensations délivrées par l’appareil. C’est assez difficile à décrire, mais c’est quelque chose d’intense. Assez pour qu’on en ressorte épuisé, en fait. Il faut tout de même maintenir le manche à balai tout du long, et même si ce dernier est assez souple, il réclame aussi un peu de force pour garder le cap. Bref, c’est une expérience phénoménale que je vous recommande de tester si vous en avez l’occasion. Si vous êtes intéressé, je vous mets la page qui m’a été bien utile pour mon vol à Lille. Davantage d’information sur ce stage de pilotage avion en suivant le lien.

girl

Comments are closed.